3 jours sur le GR70 : Le Chemin de Stevenson

Du Puy-en-Velay jusqu’au Bouchet-Saint-Nicolas, récit de trois jours sur le Chemin de Stevenson (GR70).

Au départ, nous étions partis pour faire la totalité du Chemin de Stevenson, mais on a (un peu) échoués notre GR70… Vous pouvez lire notre guide pour rater le Chemin de Stevenson si ça vous tente 😉

Mais qu’à cela ne tienne, voici le récit des deux premières étapes dans le Velay !

 

Jour 1 : du Puy-en-Velay au Monastier-sur-Gazeille

Arrivés la veille au Puy-en-Velay, nous avons bivouaqué avant de partir le lendemain matin pour faire le GR70 en autonomie : chargés avec la tente, les duvets et de la nourriture pour 4 jours.

Nous débutons le Chemin de Stevenson derrière la gare du Puy-en-Velay après avoir rechargé nos gourdes en eau chez un fleuriste sympa.

Le début du GR70 est un peu difficile à trouver depuis le centre ville… heureusement on avait un peu préparé la rando grâce à l’association Sur le Chemin de Stevenson, et on avait le topo guide super détaillé qui nous a bien aidé ! Le départ se fait derrière la piscine du Puy, il y a même un petit parking 😉

Nous voilà partis sur les traces de Stevenson (enfin presque, parce que lui avait commencé au Monastier-sur-Gazeille, mais le Puy-en-Velay étant une ville plus accessible car plus grosse, le GR70 commence avec une étape un peu bonus par rapport à Robert 😉 ).

Au début d’après-midi, nous nous sommes trompés de chemin, ce qui nous a valu un détour de 2km… En effet, plusieurs autres GR coupent le GR70, et nous avons suivi les marques du GR3F rouges et blanches comme le chemin de Stevenson. Heureusement on a croisé un monsieur qui nous a dit qu’on se trompait ^^

Vers 19h, nous nous sommes arrêtés à l’Herm, 3km avant notre point d’arrivée initialement prévu… L’étape était trop longue pour nous, et le détour ne nous a pas aidé. On a pu trouver un endroit sympa à la sortie du village pour monter la tente avant la tombé de la nuit, et on a même trouvé un compagnon pour la soirée : un petit chat tout mignon et un peu curieux qui voulait absolument entrer dans notre tente 🙂

GR70 chat sur le Chemin de Stevenson

 

Informations pratiques

  • étape de 19km
  • +200 mètres de dénivelé

 

Jour 2 : du Monastier-sur-Gazeille au Bouchet-Saint-Nicolas

Après une nuit agitée à cause du vent, on retrouve notre compagnon quand on ouvre la tente 🙂

On fait les 3km qui nous séparent du Monastier-sur-Gazeille, et un peu après le village, on tombe sur un accident de quad en pleine forêt ! Après avoir aidé la victime et son pote, et attendu les secours, on reprend notre route.

Le vent est de plus en plus fort, et en fin de journée, on cherche un endroit pour monter le bivouac mais impossible de s’abriter un peu du vent… Là encore, l’étape était trop grande pour nous. On décide de continuer jusqu’au village le plus proche : Ussel, à environ 5km du Bouchet-Saint-Nicolas. On sonne à une maison et une gentille dame nous dit qu’il n’y a pas de problème pour dormir dans son jardin. On plante donc notre tente à l’abri du vent. Il y aura quand même quelque bourrasque dans la nuit et on ne dormira pas tranquille…

Informations pratiques

  • étape de 22km (nous on n’a fait que 20km)
  • +300 mètres de dénivelé

 

Jour 3 : Retour au Puy-en-Velay

Épuisés de ne pas avoir bien dormi et d’avoir sauté le repas de la veille, nous quittons le jardin de notre hôte en lui laissant un petit mot de remerciement dans sa boîte aux lettres.

On a le mauvais temps et le moral est au plus bas, nous finissons péniblement les 5km qui nous sépare du Bouchet-Saint-Nicolas dans le vent et le crachin.

Vers midi on arrive au Bouchet-Saint-Nicolas. On achète un paquet de gâteaux à la petite épicerie pour nous remonter le moral. Mais on a froid, on dort debout et les gâteaux ne suffisent pas. On décide donc de rentrer, en stop !

Après avoir étudié la carte pour savoir sur quelle route se mettre, on commence à tendre le pouce. Au bout de 5 minutes, un papy s’arrête et nous prend en stop jusqu’au Puy-en-Velay ! Le moral remonte et le temps est plus chaud au Puy 🙂

 

Contents de cette expérience en stop, on décide de rentrer jusqu’à chez nous en tendant le pouce. On note des villes intermédiaires sur le carton de notre paquet de gâteaux acheté précédemment et on traverse le Puy pour se mettre sur la grande route qui part à Lyon. Un randonneur nous prend en voiture et nous pose à Lyon.

A Lyon, deux jeunes nous récupèrent et nous emmènent jusqu’à une aire d’autoroute près de Mâcon.

On décide d’accoster les gens qui sortent de la boutique de l’aire, en suivant les conseils qu’on a lus dans la Bible du Grand voyageur 🙂 La deuxième personne qu’on accoste nous prend, une jeune femme qui nous dépose à quelques kilomètres de chez nous !

Après une heure de marche, nous arrivons au chaud dans notre lit vers 20h, super contents de l’auto-stop mais pas fiers d’avoir abandonné le GR70.

On retentera le coup au printemps pour terminer le chemin de Stevenson !

Et vous, vous l’avez déjà parcourus ? en entier ?

Salomé et Kévin

Jeune couple d'aventuriers, bricoleurs, curieux et passionnés d'informatique. Toujours prêt à partager leurs découvertes sur ce blog voyage, quand ils ne sont pas dans leur fourgon aménagé à sillonner le monde !

Vous aimerez aussi...


2 réponses

  1. Patrick dit :

    Si j’avais à faire le chemin de Stevenson, je partirais dans une période beaucoup plus clémente comme le mois d’avril par exemple, pas trop chaud et surtout pas froid et je le ferais dans les deux sens c’est à dire à l’aller et au retour puisque nous ne voyons pas la même chose dans les deux sens !! J’ai déjà pensé à le faire…270 kms à raison de 12 kms/jour soit environ trois semaines et pareil pour le retour !! il faut également penser du faite que vous et que je ne suis pas un randonneur de haute volée de s’arrêter de temps en temps et ne pas avoir honte qu’il faut se reposer !! Et puis si un jour, je trouve la bonne personne pour le faire, pourquoi pas !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *